Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Antre-Lire
  • Le blog de l'Antre-Lire
  • : 'zine littéraire - Lecture (sur le web)- Ecriture - Auteurs et textes en tout genre et pour tout genre (humains, enfants, poètes, loups, babouks...)
  • Contact

Recherche

2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 00:00



L'évaporée

Célia Deiana


    Béa ne remarqua la nouvelle cliente que quand celle-ci se pencha sur son comptoir d'accueil. D'habitude les visiteurs du bureau étaient des gens plutôt charismatiques, dégageant une aura plus ou moins mystérieuse, et s'exprimant de vive voix. Pas elle. C'est cet effacement qui piqua la curiosité de la secrétaire.
Le questionnaire qu'elle déposa indiquait qu'elle se nommait Elise, Elise Ronchard. Vingt ans. Célibataire. Etudiante. Tout en entrant les données sur son ordinateur, Béa observa la cliente du coin de l'oeil. Elise s'était assise, dans un coin, à moitié cachée par une plante verte. Ses collants épais se confondaient presque avec le mur et les chaises couleur crème. D'ailleurs sa tenue entière donnait l'impression que la jeune fille ne faisait pas grand cas de son physique. Il n'y avait rien de plus commun, de plus moyen, de plus transparent. Pourtant Elise n'avait rien de laid, bien au contraire, une fois qu'on la regardait bien. Elle ne se mettait simplement pas en valeur. Béa reprit son travail, l'horrible et contraignante rédaction des compte rendus de la journée. Quoique son patron ait une jolie voix, même légèrement déformée par son dictaphone, la tâche était des plus ennuyeuses. Un signal d'appel l'interrompit au bout de cinq minutes.
« Béatrice ? Est-ce qu'il reste encore des clients ?
— Non, monsieur Weiss, je... »
Béa fronça les sourcils. Elle était certaine qu'elle venait de dire une bêtise. Son regard parcourut le petit hall d'accueil et finit par se poser sur un sac banal, une paire de mocassins communs, des gros collants, une silhouette éteinte, assise dans un coin.
« Attendez un instant monsieur, je vous rappelle, dit-elle, avant de rappeler l’inconnue : Je peux vous aider, mademoiselle ? Vous voulez un rendez-vous ? »
La jeune fille ouvrit la bouche mais la referma sans rien dire. Au lieu de cela elle se leva et s'approcha du comptoir.
« Je vous ai déposé le questionnaire en arrivant.
— Ah ? »
Confuse, Béa retrouva la feuille sur son bureau.
« Je suis désolée, c'est la première fois que ça m'arrive. Vous souhaitez rencontrer monsieur Weiss tout de suite ? »
Elise hocha la tête.
« Est-ce que vous pourriez me dire la nature de votre problème ? »
La jeune fille eut un sourire timide, imperceptible même. Béa remarqua que sous le manteau qu'elle n'avait pas ôté, son pull clair se confondait avec la couleur de sa peau. Comment s'appelait-elle déjà ? Isabelle ? Héloïse ? Elisa ?
« Je suis en train de disparaître, mademoiselle. »
Béa eut la curieuse impression que la voix évaporée qui venait de lui répondre était celle d’un spectre, et elle dut se concentrer pour se convaincre qu'Elise était bien là, en chair et en os, devant elle.

 

 

En savoir plus... : Célia est trouvable sur son site, et aussi sur FictionPress.

Partager cet article

Repost 0
Published by Macada - dans Textes courts
commenter cet article

commentaires

Celia 09/10/2008 16:59

Merci beaucoup tous trois pour ces agréables commentaires, et encore merci à Macada pour sa curiosité :-)

nathalie 05/10/2008 16:57

Beaucoup d'émotion.

D.K. 03/10/2008 09:16

Un texte agréablement troublant...

Michel de l'Antre-Lire 02/10/2008 12:52

J'ai beaucoup apprécié. Merci.

Michel.