Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Antre-Lire
  • Le blog de l'Antre-Lire
  • : 'zine littéraire - Lecture (sur le web)- Ecriture - Auteurs et textes en tout genre et pour tout genre (humains, enfants, poètes, loups, babouks...)
  • Contact

Recherche

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 05:42

L’AUTRE MOITIE

Jacques Fuentealba


Que reste-t-il, Ayrkos, lorsque les cendres de la passion se sont dispersées ?

Tu pensais qu’il ne restait rien, du moins c’est ce que tu as cru la semaine  suivant mon meurtre… Mais pas plus.

La voix résonnait dans le crâne d’Ayrkos, dans les corridors infinis de son esprit supérieur.

Lui, l’Archimage de l’Ordre Ecarlate qui, par amour, avait voulu mettre un terme à la guerre avec les autres Ordres. Tout cela pour se réconcilier avec Harla, autrefois son amante, hier son homologue de l’Ordre Emeraude. Une guerre qu’il avait ensuite alimentée avec rage, une fois qu’il eut compris que leur séparation était définitive.

Définitive…

Harla. Aujourd’hui, une morte sans corps, une âme détruite, pas même un souvenir.

Est-ce ainsi que tu vois les choses, Ayrkos ? Si naïvement ? Il reste toujours quelque chose, même si ce doit être du limon, la lie d’une existence brisée.

Ayrkos déglutit, la gorge asséchée, son vieux cœur battait la chamade. Il caressa la pierre noire qui pendait autour de son cou à une chaînette.

Elle était morte, il l’avait étranglée jusqu’à lui arracher son dernier souffle ! Et une semaine après, elle était revenue, revenante acharnée à sa perte. Son unique amour, sa déception la plus cuisante.

Il l’avait gardé dans un cercle que peu d’arcanistes pouvaient seulement créer et encore moins briser. Harla, l’ombre d’elle-même, un corps sans esprit, s’était débattue avec la sauvagerie d’une bête mais, sans sa science occulte, n’avait pu sortir de la prison mystique.

Mais c’était elle qui l’avait piégé, par sa simple présence.

Ayrkos avait alors appelé des forces que les Ordres s’étaient jurés de ne jamais réveiller, mais que les plus puissants des mages employaient, sournoisement, dans leur quête d’un pouvoir toujours plus grand.

Ashraash Celui qui Griffe le Ciel lui avait dit que faire, pour qu’Harla n’appartienne plus qu’au passé.

L’Archimage avait mangé son corps en décomposition, dévoré ses chairs, broyé et ingéré ses os.

Mais le soir suivant, ce fut l’âme d’Harla qui vint le tourmenter. Elle était là, se contentant de le suivre muettement, de le regarder de ses grands yeux tristes. Elle était là, toujours, encore là. Durant le Conclave réunissant les Ordres Turquoise, Safran, Magenta et Ecarlate pour préparer l’armistice, tandis qu’il recevait un espion dans une alcôve, qu’il dînait en compagnie de deux de ses élèves. Personne d’autre ne la remarquait. Pourtant, elle était bien là.

Celui qui Griffe le Ciel lui révéla alors le moyen de détruire l’âme.

Et tu crois vraiment que cela suffit ?

Toujours le souvenir le pourchassait.

La scène du meurtre s’entremêlait d’épisodes lumineux de leurs jours ensemble. Cette promenade autour du Lac de Parlpod, leurs longues discussions philosophiques au coin du feu… Et ses mains autour de son cou, jusqu’au bout, et ses dents déchirant la chair morte.

Ashraash avait finalement soufflé à son oreille les incantations nécessaires pour lancer le sort d’Amnésie sélective.

Machinalement, Aykros avait répété les mots, sans même chercher à comprendre le sens de la litanie lénifiante. Les contours de leur mémoire commune avaient commencé à s’estomper.

Pourtant, je suis toujours là.

Mais c’était comme un charbon ardent enfoncé au plus profond de son essence même. L’extirper de là revenait à l’oblitérer. Ce n’était pas simplement des souvenirs, non.

Je suis là.

Comme lorsque nous ne faisions qu’un, nos corps nus léchés par la lueur de l’âtre. Même lorsque l’oubli aura bu tous tes souvenirs, que la haine aura étouffé les derniers vestiges d’amour, qu’Ashraash aura noyé ta conscience, rien ne saura t’écarter de moi.




En savoir plus sur Jacques ?  Ici 


Partager cet article

Repost 0
Published by Macada - dans Textes courts
commenter cet article

commentaires

alpero 07/12/2008 17:02

Chouette !, j'attends !

Jacques Fuentealba 07/12/2008 14:32

Merci à tous :) et désolé pour les coquilles, c'est vraiment une horreur, on en trouve toujours, même quand on pense les avoir toutes éradiquées !!

Pour répondre à Alpero, c'est marrant que tu dises ça, j'ai dans l'idée d'écrire une recueil un jour ne comportant que des micro-nouvelles se déroulant dans cet univers aux ordres de Magie de couleur, dont certaines nouvelles sont déjà lisibles dans Invocations et autres élucubrations. J'ai une très rapide idée du background... un jour, avec du temps donc, qui sait !

alpero 02/12/2008 18:21

j'adore !
j'ai juste toujours le même regret devant un joli récit aussi court : de ne pas avoir en main le livre dont il ne serait qu'un extrait pour pouvoir lire tout le reste !!!

clementine 27/11/2008 23:13

belle histoire
clem

Macada 27/11/2008 17:35

C'est corrigé ! Merci Silane.