Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Antre-Lire
  • Le blog de l'Antre-Lire
  • : 'zine littéraire - Lecture (sur le web)- Ecriture - Auteurs et textes en tout genre et pour tout genre (humains, enfants, poètes, loups, babouks...)
  • Contact

Recherche

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 07:10

(maison en Provence - Paul Cézanne 1884)


LES BRAVES GENS

Paul Arène

 


COMME LES VERS À SOIE N'AVAIENT pas réussi, la bonne madame Peyrolles se trouvait par hasard d'assez méchante humeur et M. Peyrolles, résigné, la laissait pousser ses Ave Maria sans trop oser rien dire.

- " Dix livres de cocons ! soupirait madame Peyrolles, pas même le prix de la graine; achetez-vous donc un châle avec ça !

- " Que veux-tu ? Ambroisine, tu te l'achèteras l'année prochaine. Douze mois sont vite passés.

- " L'année prochaine, qui l'a vue ? Une chose en tout cas certaine, c'est que je n'aurai pas encore le châle cette année-ci. Je peux chanter : Mon cœur soupire !... J'avais pourtant bien compté sur ce châle. "

 

        Et madame Peyrolles s'étant tue, M. Peyrolles, qui croyait à une accalmie, prit son sécateur avec l'idée d'aller faire un tour au jardin. Madame Peyrolles l'arrêta :

-" Laisse donc les arbres tranquilles, tu auras demain le temps de les éborgner ! Autrefois, sans qu'on s'en mêlât, tous les ans le vieil espalier portait. Mais depuis que le grand savant de Paris est passé par Canteperdrix et qu'il vous a fait au Cercle cette fameuse conférence, depuis qu'il a fallu s'abonner à la Revue d'Arboriculture, toujours dans ses histoires et ses méthodes, ses bourres, ses greffes, ses bourgeons à bois, ses bourgeons à fruit, tu coupes, tu rognes, tu tailles... et je ne sais plus le goût qu'ont les poires ! " Froissé par cette philippique dont il ne pouvait à part soi contester la justesse, monsieur Peyrolles quitta le sécateur, tandis que madame Peyrolles revenait au sujet de ses doléances.

 

- " Tant de peine ! Et pourquoi ? Pour rien. Voilà deux mois cependant que nous nous exterminons, sur pied de nuit comme de jour, avec Scholastique à qui j'avais promis de donner mon vieux châle lorsque j'aurais mon châle neuf et qui, l'hiver prochain, aux messes de sept heures, devra se contenter de sa pelisse d'indienne... D'abord, premier agrément : les vers à soie s'étant trop pressés d'éclore, en avance d'une semaine, sans attendre que la pousse eût verdi les mûriers, il nous a fallu chaque matin, pour leur nourriture, ramasser des feuilles de ronces, le long des fossés, comme deux bohémiennes. J'en ai encore les doigts picotés... Après leur second sommeil, quand tout à coup ils sont devenus tristes, qui est allée, au risque de se précipiter, cueillir dans les rochers du fort la lavande et la marjolaine nécessaires aux fumigations ?… Et tant d'autres tracas encore!... Enfin tout marchait bien. Alignées sur les étagères, mes cinquante cabanettes en belle bruyère de Lure, n'attendaient plus que les cocons. Mes vers à soie achevaient de dormir des rois : roux comme l'or, gonflés, transparents et suant la soie. Déjà ils grimpaient le long des brindilles; les plus braves filaient déjà, accrochant leur fil à droite, à gauche, quand est survenu cet orage. Alors au premier coup de tonnerre, j'ai vu les pauvres bêtes redescendre et venir mourir sur leur litière... Un désastre! Scholastique pleurait, j'avais envie d'en faire autant. "

 

      Monsieur Peyrolles, ému, puisa pour se donner courage une double prise dans sa tabatière en écaille qui grinça, et pendant quelques secondes, silencieusement, madame Peyrolles et lui s'entre-regardèrent.

      Monsieur et madame Peyrolles, ou - comme on les appelait plus communément dans le pays en manière d'affectueuse familiarité - monsieur Victrice et madame Ambroisine étaient, dans toute la force du terme, des personnes de l'ancien temps. Bien portants quoique très âgés (leur mariage s'était fait alors que Charles X régnait encore) ils vivaient de petites rentes, de ces toutes petites rentes qui autrefois suffisaient à constituer la fortune. Pauvres au fond, ils ne s'en apercevaient pas, ayant vieilli sans se créer aucun des besoins de la société nouvelle. Et ils étaient heureux, à la manière d'il y a cinquante ans, dans leur maisonnette de la Grand'Place, où les meubles fanés peu à peu, les glaces lentement ternies gardaient pour eux, grâce au souvenir, une même et immuable fraîcheur. Seulement, à chaque retour d'avril, madame Ambroisine, dans un haut grenier blanchi à la chaux et transformé en magnanerie, faisait une once ou deux de vers à soie; et, quand la réussite était bonne, cela leur permettait de s'offrir quelques douceurs.

 

      L'élevage des vers à soie n'est pas considéré à Canteperdrix comme travail artisan, et la bourgeoisie attardée et appauvrie de ce coin de province aime à se créer ainsi, sans croire déroger, un modeste supplément de revenu.

      Mais, hélas ! les vers à soie de madame Ambroisine n'avaient pas réussi cette année.

 

Soudain, la bonne figure préoccupée de monsieur Victrice s'éclaira.

- " Sommes-nous bêtes ? et je n'y pensais seulement plus ! mais je peux te l'acheter, ton châle... Notre rente du Jas de Brame-Faim, nous ne l'avons jamais touchée depuis l'héritage du pauvre oncle. Voilà deux années de cela : à cent cinquante francs par an, le total monte à trois cents francs sans les intérêts, juste ce que tu espérais de tes cocons. "

Là-dessus, monsieur et madame Peyrolles s'exaltèrent :

- " Peut-on se laisser lanterner ainsi? Trois cents francs, mais c'est une somme. " Et ce fermier, ce Médéric, dont ils n'avaient jamais seulement aperçu la figure !

      Une semaine durant, monsieur et madame Peyrolles ne parlèrent que du voyage. Car ce n'était pas précisément chose commode que d'atteindre le domaine de Brame-Faim, perché dans la montagne, au-dessus du village d'Entrepierres lui-même déjà perché haut. Quatre heures pour monter, autant pour redescendre : une absence de tout un jour !

 

Le dimanche, on se trouva prêts. Une voisine avait prêté son âne, et le boulanger son charreton où, sur deux chaises solidement amarrées, monsieur et madame Peyrolles s'installèrent tant bien que mal au milieu des bagages et des provisions accumulés par Scholastique.

- " Vous irez droit jusqu'à Entrepierres, disait Scholastique qui connaissait le pays ; à Entrepierres, on quitte la grand'route, mais tout le monde vous indiquera le sentier qu'alors il faudra prendre. Vous détellerez à mi-montée, pour déjeuner, près d'une source qui est sous un chêne. Là vous laisserez le charreton, parce que les voitures ne vont pas plus loin, et Madame montera sur l'âne. Saurez-vous bâter l'âne, au moins ? J'ai attaché le bât à l'arrière de l'équipage."

 

...Après quatre bonnes heures de montée, moitié roulant, moitié trottant, conformément au programme de Scholastique, à travers buissons et pierrailles, les voyageurs enfin arrivèrent devant le Jas perdu de Brame-Faim.

- " Ce n'est pas beau ! " dit Mme Ambroisine, tirant sur le bridon pour considérer à loisir la masure rougeâtre, en cailloux roulés, avec son toit bas d'où sortait un peu de fumée.

" Les blés sont clairs, reprit M. Victrice, j'y vois dedans les grillons courir. " Et madame Ambroisine conclut :

" Dame ! pour cent cinquante francs par an, on ne peut pourtant pas avoir le château du marquis de Carabas. "

 

M. Victrice aidant, madame Ambroisine mit pied à terre, et tous les deux s'avancèrent, suivis de l'âne.

Mais ce qu'ils voyaient, ce qui les entourait avait un tel air de misère, qu'à l'idée de demander de l'argent ils se sentaient déjà gênés.

- " Tu t'expliqueras le premier, Victrice ! "

- " Il vaudrait peut-être mieux que ce fût toi, Ambroisine ! "

A leur approche, deux galopins ébouriffés qui jouaient dans un tas de paille prirent la fuite. Leur mère, en train de filer sa quenouille sur un tronc d'arbre, se dressa.

- " Vous vous êtes perdus ?... Vous alliez sans doute visiter Pierre-Écrite ?... Alors, c'est plus bas, près de la source, qu'il fallait tourner... "

Victrice regarda Ambroisine, Ambroisine regarda Victrice. Pourtant le courage leur manqua; ils laissèrent croire qu'ils s'étaient perdus et qu'ils allaient visiter Pierre-Ecrite.

 

La fileuse parut soulagée et dit :

" J'avais eu peur d'abord que vous ne fussiez monsieur et madame Peyrolles, parce que le bien est à eux et que nous leur devons de l'argent. "

Puis elle appela son mari :

" Tu peux te montrer, Médéric, ce n'est pas ceux que nous craignions. "

Médéric descendit du grenier, suivi par les enfants dont les yeux timides luisaient.

Il offrit aux visiteurs du lait - il n'avait pas de vin - du miel en rayon, des noix et des pommes.

- " C'est tout ce que l'on trouve ici, la terre est si pauvre !

Heureusement que les nouveaux maîtres ne nous tracassent pas pour payer; sans cela, on n'aurait qu'à mettre la clef sous la porte. De bien bonnes gens que nous n'avons jamais vus. Mais vous devez les connaître, si vous êtes de la ville ? " Ambroisine et Victrice dirent qu'en effet ils connaissaient un peu les Peyrolles.

 

Cependant le soleil baissait, il fallait prendre une décision.

- " Parle, " disait Madame Ambroisine.

- " Non, parle, toi ! " disait M. Victrice.

Ils ne parlèrent ni l'un ni l'autre.

Bien mieux, quand madame Ambroisine remonta sur l'âne, alors la femme s'approchant :

- " Vous pourriez peut-être vous charger d'une petite commission, puisque vous retournez à la ville. Il s'agirait de porter cela, de notre part, à ce brave monsieur, à cette brave madame Peyrolles. "

C'était un grand coq, maigre et sec, qui protestait, lié par les pattes.

On le suspendit au crochet du bât... Et le soir, quand les deux vieux firent leur rentrée dans Canteperdrix, sur le charreton, les gens disaient devant les portes, avec une nuance d'envie :

- " Voilà madame Ambroisine et M. Victrice qui s'en reviennent en voiture de toucher leurs rentes de Brame-Faim ! "

 

 

En savoir plus... : 

Pour une présentation de Paul Arène (1843-1896), vous pouvez,  par exemple, aller voir  ICI.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires