Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Antre-Lire
  • Le blog de l'Antre-Lire
  • : 'zine littéraire - Lecture (sur le web)- Ecriture - Auteurs et textes en tout genre et pour tout genre (humains, enfants, poètes, loups, babouks...)
  • Contact

Recherche

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 12:43

 

François Villon (1431- après 1463)

Bravo Daniel !  La devinette du billet d'hier parle bien de François Villon.


Je ne me sens pas bien capable de parler de ce mauvais garçon qui me garde sous son charme depuis bien des années. Surtout,  internet  vous en dira autant que vous en voulez (Par exemple, sa bio : ici et ses oeuvres complètes : ).

Voici juste des poèmes - les plus connus je pense - que j'écoute sans me lasser.



---------------------------------

[...]
Hé ! Dieu, si j'eusse étudié
Au temps de ma jeunesse folle
Et à bonnes meurs dédié,
J'eusse maison et couche molle !
Mais quoi ? Je fuyaie l'école,
Comme fait le mauvais enfant.
En écrivant cette parole,
À peu que le coeur ne me fend.
[...]
extrait du Grand testament


(c'est mon pôpa qui le déclamait le mieux, quand on fuyait école et usine pour aller à la pêche, ouais !)

---------------------------------------------

L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !


(Chanté/dit par Léo Ferré, c'est à vous faire dresser les poils de bras)

----------------------------------------

Ballade des Dames du temps jadis

Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour eut cette essoine.
Semblablement, où est la roine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

La roine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souveraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Prince, n'enquerrez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Que ce refrain ne vous remaine :
Mais où sont les neiges d'antan ?


(Chanté par Georges Brassens, on se découvre ménestrel ou coiffée d'un hennin de Dame - voire les deux ;-) )




Repost 0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 13:18

En ces temps reculés était un ripailleur un tant soit peu lettré.

Sa pitance follement acquise lui ferma maison et couche molle. Rimes bien faites et malandrins furent donc son vin quotidien. Ainsi qu’amours déraisonnables beaucoup plus que déraisonnées.

(Bref, si le temps eût été inversé, rires et regrets feraient de lui un Alcofribas plein de spleen.)

Assis à l’ombre du gibet, ses testaments nous a légués, puis au matin fut exilé.

N’ayons pas nos coeurs, contre lui, endurcis !

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 13:42



Guerre

Paroles et voix : Silane
Musique : Olivier Sébastien



Tout a commencé  une nuit de février:
Petite fille pleurait à l’ombre, à l’ombre
De sa maison, sa maison dévastée
Par une guerre longtemps programmée.

Tout s’est fini, tout s’est fini un soir,
Morte dans ses bras, la petite lueur d’espoir.
Sa vie sur l’heure d’heureuse est devenue sombre.
Mais n’y a-t-il plus que les bombes, le noir ?

Refrain :
Une histoire de la réalité, laissez-moi vous la raconter,
Cette impuissance désespérée, est-ce que vous la comprendrez ?:
N’avez-vous jamais vu quelqu’un souffrir, sans forces pour résister ?
N’avez-vous jamais vu un homme mourir sans y être prêt ?

La petite fille a grandi, a grandi,
Avec dans son cœur une flamme de rage.
L’enfant s’est transformée en vraie femme,
Elle a changé jusqu’au fond de son âme.

Elle se bat maintenant pour la paix, pour la paix ;
Elle est enfin devenue vraiment sage ;
Et grâce à sa force et à son envie
Le monde entier pourra espérer.

Refrain :
Une histoire de la réalité, laissez-moi vous la raconter,
Cette impuissance désespérée, est-ce que vous la comprendrez ? :
N’avez-vous jamais vu quelqu’un souffrir, sans forces pour résister ?
N’avez-vous jamais vu un homme mourir sans y être prêt ?

Refrain 2:
Une histoire de la vérité, laissez-moi vous la raconter,
Cette impuissance désespérée, deviendra-t-elle du passé ?
Toutes nos voix pourraient nous sauver, tout changer, en chantant la paix ;
Votre seule voix viendra vous sauver, et vous permettre d’être vrais.




Petite histoire : Silane n'avait pas encore 15 ans quand Olivier Sébastien lui a proposé de mettre des textes et une voix sur sa musique.  Vous pouvez  trouver d'autres réalisations de ces deux complices, ICI.
Silane est aussi
une habitante de l'Antre-Lire et y a publié plusieurs nouvelles.



Repost 0